Textes et documents de la Méditerranée antique et médiévale



Accueil > archives (provisoire) > Phénomène religieux

Judaïsme ancien

Les manuscrits de Qumrân

Responsable Katell Berthelot


Katell Berthelot mène des recherches sur les manuscrits de Qumrân et leur Sitz im Leben (c’est-à-dire leur contexte historique) : étude de la collection en tant que telle, études de documents particuliers, étude des citations bibliques, etc.

Aux Editions du Cerf, Katell Berthelot co-dirige la collection "La Bibliothèque de Qumrân", dans laquelle sont publiés le texte original et une traduction française des manuscrits de la mer Morte, classés en fonction de leur rapport avec les livres qui constitueront par la suite la Bible hébraïque. Trois volumes sont parus, neuf volumes sont prévus au total.




Rappelons que ces 1000 manuscrits datant de 250 av J.C. jusqu’à 70 apr. J.C. , comprennent les plus anciens manuscrits bibliques. Ils ont été découverts dans des grottes sur la rive ouest de la mer Morte en Cisjordanie, par des bédouins, en 1946/1947 et les années suivantes .



Avant d’être rassemblés, ils étaient éparpillés en milliers de fragments (env. 15000). Ce véritable"trésor" a permis d’accéder à des centaines de textes juifs anciens, qui nous ont donné des informations essentielles sur la vie d’un groupe juif sectaire de l’époque du deuxième Temple, l’époque fondatrice du christianisme et du judaïsme rabbinique.

Ces recherches concernent aussi les travaux du CPAF qui portent sur l’Ancien Testament.

Photographies aimablement prêtées par l’École biblique et archéologique française de Jérusalem (©EBAF)

L’équipe de la Bibliothèque de Qumran

Co-directeurs de la collection :
• Katell Berthelot, directrice de recherche au CNRS / Aix-Marseille Université
• Michaël Langlois, maître de conférences en exégèse biblique à l’Université de Strasbourg
• Thierry Legrand, maître de conférences en histoire des religions à l’Université de Strasbourg

Collaborateurs :
- Stéphanie Anthonioz, maître de conférences en exégèse biblique à l’Université catholique de Lille
- Marie-France Dion, professeure agrégée de Premier Testament et d’exégèse au département des études théologiques à l’Université Concordia de Montréal
- Jean Duhaime, professeur émérite de l’Université de Montréal (Canada)
- Jan Dusek, chercheur au Centre for Biblical Studies, Charles University in Prague, Protestant Theological Faculty (Tchéquie)
- David Hamidovic, professeur de judaïsme ancien à l’Université de Lausanne (Suisse)
- Damien Labadie, doctorant en sciences des religions à l’École Pratique des Hautes Études
- Jean-Sébastien Rey, professeur d’exégèse biblique à l’Université de Lorraine
- Matthieu Richelle, maître de conférences en exégèse biblique à la Faculté de théologie de Vaux-sur-Seine
- Ursula Schattner-Rieser, professeur-assistante à l’Institut des sciences bibliques et de théologie historique à l’Université d’Innsbruck (Autriche)
- Stéphane Saulnier, professeur associé en exégèse biblique au Newman Theological College (Edmonton, Alberta, Canada)
- Daniel Stökl ben Ezra, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, IVe section, chaire « Langue, littérature, épigraphie et paléographie sémitiques »
- Kevin Trehuedic, maître de conférences en histoire ancienne à l’Université de Créteil

****************************

Judaisme et empire romain

Katell Berthelot travaille depuis plusieurs années sur les relations entre judaïsme et empire romain. Elle dirige trois projets internationaux sur cette thématique  :
- Un projet financé par le conseil européen de la recherche (ERC) : "Judaism and Rome"
- Un GDRI (groupement de recherche international) : "Judrome"
- Un réseau scientifique : Cultural Responses to the Roman Empire (CURERE)

Contrat de recherche ERC (European Research Council) : Re-thinking Judaism’s Encounter with the Roman Empire : Rome’s Political and Religious Challenge to Israel and its Impact on Judaism (2nd Century BCE – 7th Century CE)

Le judaïsme face au défi politico-religieux de l’empire romain (IIe siècle avant notre ère - VIIe siècle après notre ère)

Katell Berthelot souhaite, à travers cette recherche, répondre à une question essentielle, encore peu étudiée dans les travaux qui portent sur la relation entre Rome et les Juifs dans l’Antiquité :

par-delà les décisions politiques romaines concernant les Juifs, ou l’adoption par ceux-ci de certains aspects de la culture romaine comme les bains, comment l’impérialisme romain a-t-il influencé la manière dont le judaïsme rabbinique et non-rabbinique s’est défini à partir du Ier siècle de notre ère ?

Ou pour le formuler autrement : qu’est-ce que la confrontation avec l’impérialisme romain a changé dans l’histoire du judaïsme, et en quoi le judaïsme aurait-il été différent si une partie du peuple juif n’avait pas vécu au sein de l’empire romain ?

Katell Berthelot a obtenu un financement du Conseil européen de la recherche (ERC) 2013, pour ce projet de recherche. Ce financement (1,4 millions d’euros pour une durée totale de 5 ans) lui a permis et de recruter plusieurs jeunes chercheurs. Le projet a été officiellement lancé le 1er septembre 2014.
- À paraître au deuxième trimestre 2016 : un numéro thématique de la Revue de l’histoire des religions intitulé "La représentation juive de l’empire romain comme pendant et frère jumeau d’Israël".

- Plus d’infos sur le projet dans la rubrique contrats de recherche

L’équipe de recherche dirigée par Katell Berthelot
- Kimberley Fowler - Histoire du christianisme (1er – 4e s. de n. è.), gnosticisme et littérature extra-canonique, Nouveau Testament.
- Samuele Rocca - Histoire politique de la Judée à l’époque du Second Temple, histoire sociale du judaïsme dans l’Italie romaine.
- Marie Roux - Histoire politique, juridique et administrative de l’empire romain.
- Yael Wilfand - Histoire du judaïsme, littérature rabbinique d’Eretz Israel (la Terre d’Israël) et leurs relations avec la culture romaine et byzantine.

Gestion - Administration
Jérôme Assier

GDRI JUDROME et réseau CURERE

Les derniers colloques :
- Oxford les 15 et 16 juin 2015, sur le thème "Legal Pluralism in the Roman Empire and the Perception of the Law of the Other".

- Manchester les 8-10 septembre 2015 sur le thème "Experiences of Sanctuaries / Experiences of Empire"

Colloque à venir :
- Jérusalem, 14-16 novembre 2016, sur le thème "The Languages of the Roman Empire in the East : Culture, Power and Cross-fertilization"

- Pour plus d’informations sur l’ERC, le GDRI, et le réseau CURERE, de recherche téléchargez le poster de présentation des recherches portant sur les relation entre judaïsme et empire romain.

****************************

"L’histoire de la réception des textes bibliques relatifs à la conquête de Canaan et au sort des Cananéens dans la pensée juive d’époque hellénistique et romaine"

Responsable Katell Berthelot

Ce programme de recherche comporte trois volets. Il s’agit d’étudier comment les textes bibliques relatifs à la conquête de Canaan par les Hébreux (qui figurent essentiellement dans le Pentateuque et dans les livres de Josué et des Juges) ont été lus et interprétés, voire même réécrits de fond en comble, par des auteurs juifs contemporains ou postérieurs à la dernière phase rédactionnelle de la Bible hébraïque, et qui vécurent à l’époque hellénistique et romaine.

Une attention particulière est accordée à la question du sort des Cananéens, destinés à être chassés d’après certains textes bibliques, et, d’après d’autres textes, exterminés, ou encore intégrés à Israël avec un statut d’esclave.

L’obligation faite aux Hébreux de déposséder, voire d’exterminer les Cananéens a paru problématique à certains auteurs juifs de l’Antiquité, que ce soit pour des raisons politiques, éthiques ou théologiques, et Katell Berthelot tente d’analyser les indices de ce malaise et les stratégies apologétiques ou narratives mises en œuvre pour y répondre, mais aussi le rapport à la terre et à l’Autre non-juif qui se dégage des textes qui reflètent d’autres sensibilités. Plusieurs articles sur ce thème sont d’ores et déjà parus.

En collaboration avec Marc Hirshman (université Hébraïque de Jérusalem), Katell Berthelot a organisé en décembre 2009 un colloque international sur l’histoire de la réflexion autour de la conquête de la terre promise et du sort des Cananéens dans la pensée juive de l’Antiquité jusqu’à nos jours. Le colloque était co-financé par le Centre de recherche français à Jérusalem (CRFJ), le CNRS, l’Institut Yad Ben Zvi et l’Institut Van Leer. Les actes ont été publiés chez Oxford University Pressen 2014 :
The Gift of the Land and the Fate of the Canaanites in Jewish Thought, dir. K. Berthelot, J. David et M. Hirshman, New York, Oxford University Press, 2014, 480 p.

****************************

Historiographie de la période hasmonéenne

Responsable Katell Berthelot

Katell Berthelot prépare un ouvrage plus spécifiquement consacré à la dynastie hasmonéenne et à ses guerres d’expansion territoriale, dans lequel elle tente de démontrer que, contrairement à ce qu’affirment la plupart des historiens travaillant sur les Hasmonéens, les sources à notre disposition (Livres des Maccabées, Antiquités juives de Flavius Josèphe, textes d’historiens grecs et romains, etc.) ne témoignent pas de l’existence d’une logique de "guerre sainte" visant à "reconquérir" la "terre promise" conquise autrefois par Josué.

En réalité, plusieurs modèles bibliques sont mobilisés par les auteurs des Livres des Maccabées, mais pas prioritairement la référence à Josué.

De plus, pour apprécier à leur juste valeur les discours tenus dans les sources juives du IIe siècle av. n. è. sur le droit à la terre, il importe de re-situer l’épisode hasmonéen dans le contexte du monde hellénistique et plus particulièrement séleucide (dynastie hellénistique provenant de Séleucos), et de ne pas se limiter à une lecture de type religieux, influencée par les paradigmes bibliques.

L’étude de la mémoire des guerres hasmonéennes dans les sources juives contemporaines des événements et postérieures à ceux-ci confirme l’absence de lien entre les Hasmonéens et Josué, et révèle un désintérêt surprenant pour les succès politico-militaires des Hasmonéens, grâce auxquels la Judée connut pourtant une expansion exceptionnelle, et sa dernière phase de réelle autonomie politique, sous souveraineté juive, avant le XXe siècle.

****************************

Judaïsme, christianisme et islam dans une perspective comparatiste

Responsable Katell Berthelot

Katell Berthelot s’attache à étudier ce qui rapproche ces trois religions et ce qui les différencie. Dans la suite des travaux réalisés sur les religions dites monothéistes dans le cadre du 6e Programme cadre de recherche et dévelopement (PCRD) et du réseau d’excellence Ramsès2, un groupe d’historiens et d’anthropologues, issus de la MMSH et d’universités membres du réseau, ont réalisé un ouvrage comparatiste sur judaïsme, christianisme et islam.

C’est au niveau de chaque chapitre que sont comparées les trois religions, par exemple en ce qui concerne la constitution des corpus écrits faisant autorité, ou encore du point de vue de leur rapport au temps.

L’ouvrage, dirigé par Dionigi Albera (IDEMEC) et Katell Berthelot est paru chez Flammarion en 2013.

Dieu une enquête - Judaïsme, christianisme, islam. Ce qui les distingue, ce qui les rapproche, Flammarion, Paris, octobre 2013.

Plus d’infos sur le livre

****************************

Les relations entre entre juifs et chrétiens aux premiers siècles de notre ère

Responsable Pierluigi Lanfranchi

Ces recherches coordonnées par Pierluigi Lanfranchi, portent sur le judaïsme hellénistique et les relations entre juifs et chrétiens pendant l’Antiquité tardive. Pierluigi Lanfranchi a publié de nombreux articles sur les différents aspects de ces relations entre juifs et chrétiens dans l’empire romain aux premiers siècles de notre ère.
Il a terminé en 2011/2012 une édition commentée de l’Adversus Judaeos de Tertullien, à paraître aux Éditions Brepols.

Une monographie sur les relations entre juifs et chrétiens et leur dimension régionale dans l’Empire romain au IVe siècle est en préparation.

****************************

La Mishna – Un corpus juridique juif de l’Empire romain / The Mishna – A Jewish Legal Corpus from the Roman Empire

Responsable Daniel Stoekl Ben Ezra

Daniel Stoekl Ben Ezra a quitté le Centre Paul-Albert Février en septembre 2012. Directeur d’étude depuis cette date à l’École pratique des hautes études, il poursuit ses recherches au laboratoire Orient et Méditerranée.

====) See English Abstract

La Mishna est une collection très importante de dicta, écrits en hébreu, principalement juridiques, des premiers siècles de notre ère.

Elle a été compilée en 200, pour former ensuite la base des deux Talmuds – celui de Jérusalem et celui de Babylone. Elle constitue donc la première source du judaïsme rabbinique, outre la Bible.

Considérée comme une des sources les plus importantes pour la compréhension du judaïsme ancien et moderne, la Mishna est également indispensable pour saisir le milieu dans lequel émerge le christianisme, ainsi que plusieurs aspects de la vie quotidienne dans une province orientale de l’Empire romain.

Il n’existe aucune traduction complète de la Mishna en français, ni de dictionnaire français fiable de sa langue – l’hébreu rabbinique. Alors que plusieurs traductions dans des langues occidentales existent depuis le XVIIème siècle (par exemple, en latin, allemand, anglais, italien). Les seules traductions qui sont disponibles en français, ne sont que partielles et non-savantes. Elles proviennent du Rabbinat de France et de Moïse Schwab (historien du XIXe/début du XXe siècle), qui avait traduit en français le Talmud de Jérusalem, mais cette version qui date, est controversée sur le plan scientifique. D’où l’importance d’un tel chantier.

Ce projet, qui représente plusieurs années de travail à venir, réunit des chercheurs français, américains et Israëliens et bénéficie de l’appui de l’Académie de la langue hébraïque (The Academy of the Hebrew Language, Israël), en particulier pour le travail lexicographique.

L’équipe internationale de recherche souhaite offrir aux lecteurs francophones un texte critique en hébreu, une traduction, un commentaire concis et un dictionnaire disponible sur Internet et sur papier.

Actuellement l’équipe met en place une la plateforme de travail en ligne. Cet outil permettra aux chercheurs de travailler, dans une perspective évolutive, de manière soit individuelle soit collaborative, et ce en toute collégialité, sur les traductions et les interprétations des textes et sur un dictionnaire hébreu/français. Cet outil sera élaboré en codage TEI (Text encoding initiative) qui est un format universel d’édition XML ( [1]). Ils s’attacheront à analyser la grammaire et la syntaxe (racines verbales, déclinaisons…), les références bibliques, les protagonistes et les lieux de la Mishna.

Leur objectif est de mettre en place in fine un site Web ouvert à tous, qui diffusera le texte hébraïque de la Mishna ainsi qu’une traduction fiable en français, accompagnés de commentaires philologiques, historiques et juridiques. Ils souhaitent donc également proposer un dictionnaire d’hébreu rabbinique vers le français. Par ailleurs, ils éditeront aussi sur papier une partie de ce travail.

====) See English Abstract

Chercheurs impliqués

- José Costa, Orient et Méditerranée (CNRS / EPHE)
- Ron Naiweld, Centre d’études juives (EHESS / CNRS)
- Edouard Robberechts, Centre Paul-Albert Février et Institut d’études et de culture juives (IECJ)
- Günter Stemberger, Institut für Judaistik, Universität Wien, Österreich
- Daniel Stoekl Ben Ezra, École pratique des hautes études et Centre Paul-Albert Février
- Liliane Vana, Université de Liège

Parallèlement à ce projet, Daniel Stoekl Ben Ezra continue ses recherches sur la paléographie judéenne, l’histoire du livre juif et l’histoire anthropologique des fêtes.. Depuis septembre 2012, tout en restant chercheur associé au CPAF, il est officiellement rattaché au laboratoire de recherche CNRS / École pratique des hautes études, Orient et Méditerranée.


[11“Le TEI Consortium est un consortium qui regroupe des acteurs de la recherche dans le but de normaliser le codage de toutes sortes de documents sous forme numérique en TEI” (©Wikipédia, l’encyclopédie libre)