Textes et documents de la Méditerranée antique et médiévale



Accueil > archives (provisoire) > Langage et poétique des mondes antiques, médiévaux et humanistes

Poésie et langage médiévaux sanskrits

Sylvain Brocquet spécialiste d’épigraphie et de linguistique sanskrites, approfondit depuis quelques années le versant littéraire de ses recherches : ses études épigraphiques l’ont amené, en effet, à s’interroger sur un certain nombre de procédés poétiques à l’œuvre dans les documents, sur leur structure linguistique et leurs éventuelles significations idéologiques.

Sylvain Brocquet travaille aussi sur la notion de pouvoir dans l’Inde ancienne

Le "double sens" dans la littérature sanskrite

C’est le "double sens" et ses nombreuses réalisations qui a retenu, prioritairement, son attention : c’est en effet un procédé essentiel dans la littérature sanskrite et sa compréhension dans des inscriptions dépourvues de glose exige qu’on l’étudie soigneusement dans le cadre proprement littéraire.

Cela l’a conduit à travailler sur la poésie ambiguë, qui est un genre qui prend ses racines dans le corpus védique mais qui connaît à partir de la fin du premier millénaire de l’ère chrétienne un développement et une systématisation qu’on ne rencontre dans aucune autre tradition littéraire.

********************

La Geste de Rāma

Sylvain Brocquet a ainsi traduit et analysé la Geste de Rāma , écrite en sanskrit par un poète bengali du XI° siècle, qui présente la particularité de déployer deux significations autonomes et s’étendant à l’ensemble du poème : l’une consiste en un résumé de l’épopée du Rāmāyaṇa, l’autre en le récit d’un épisode de l’histoire du Bengale à cette époque.

["La Geste de Rāma : poème à double sens de Sandhyākaranandin", Presses de l’Institut français de Pondichéry, Pondichéry. Prix 2008 de la Fondation Colette Caillat, Institut de France.]

.

********************

Le Rāghavapāṇḍavīya

Depuis début 2012, Sylvain Brocquet a entrepris de traduire le Rāghavapāṇḍavīya, un poème du XII° siècle qui résume simultanément, selon le même procédé narratif que celui de la Geste de Rāma, les deux épopées du Rāmāyaṇa et du Mahābhārata, et qui n’a jamais été traduit.

La bibliothèque de l’Institut français de Pondichéry (IFP) possède une édition de ce célèbre poème. Cette édition, qui date de 1965, est accompagnée d’un commentaire sanskrit du pandit Damodara Jha, qui, ajouté à celui de Sasadgara que propose une autre édition du même poème, conservée à la bibliothèque de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO) à Paris, devrait permettre de parvenir à une bonne compréhension de cet ouvrage particulièrement difficile, qui à n’a jamais été traduit en français.

L’intérêt de ce travail, est de porter à la connaissance de la communauté des indianistes et à celle de la communauté des linguistes et des spécialistes de poétique, un des fleurons de la poésie médiévale d’expression sanskrite, mais aussi d’analyser l’ensemble des procédés qui produisent l’ambiguïté et d’en dresser une typologie destinée à établir avec plus de précision les significations de ce type de texte.

L’enjeu est réel : le "double sens" est naturellement la source de grandes difficultés en matière d’interprétation textuelle, difficultés qui se trouvent démultipliées dans le cas de textes non commentés, tels que les inscriptions. Seule une description rigoureuse des processus sémantiques à l’oeuvre et une étude systématique du vocabulaire polysémique peuvent permettre d’en éclairer la lecture.

********************

Vers un colloque en 2013 : "De la polysémie au doubles sens : regards croisés Orient-Occident"

Sylvain Brocquet organisera en juin 2013, à l’université d’Aix-Marseille, un colloque international sur la question du double sens, intitulé "De la polysémie au doubles sens : regards croisés Orient-Occident". Il comportera un volet "linguistique générale" (construction de modèles susceptibles de rendre compte du phénomène de la polysémie) et un volet "sanskrit", la littérature sanskrite étant, de toutes les littératures, celle qui fait l’usage le plus abondant de ce procédé.

Sylvain Brocquet travaille aussi sur la notion de pouvoir dans l’Inde ancienne