Centre Paul-Albert Février

CNRS
Université d'Aix-Marseille
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme


Rechercher


Centre Paul-Albert Février
MMSH
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0) 442 52 49 63

Accueil > Actualités

Rentrée 2018/2019 : le Centre Paul-Albert Février accueille de nouveaux membres

Mathieu Engerbeaud nommé maître de conférences en histoire romaine

Mathieu Engerbeaud a été nommé à l’Université d’Aix-Marseille en septembre 2018. Agrégé d’histoire, il avait enseigné à Aix-Marseille Université en tant qu’attaché temporaire d’enseignement et de recherche de 2014 à 2018. À ce titre, il était déjà rattaché au Centre Paul-Albert Février-TDMAM (CNRS/ AMU) et au département d’histoire, depuis 2014.
Docteur en histoire romaine, et agrégé d’histoire, il est lauréat du prix d’histoire militaire 2016 (ministère des Armées) et du prix SoPHAU 2016 (Société des professeurs d’histoire ancienne de l’Université). Fin 2017, il a publié l’ouvrage issu de sa thèse : Rome devant la défaite (Les Belles Lettres, ministère des armées). Il a organisé les journées d’études “La mémoire des défaites de la République romaine” en 2018 et ”La mémoire des désastres de l’Antiquité romaine” en 2017, à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme.

Romain Millot nommé ATER en histoire ancienne à l’Université d’Aix-Marseille

Agrégé d’histoire, Romain Millot travaille, depuis 2014, sur une thèse intitulée : La conspiration sous la République romaine. Pratiques politiques, représentations et imaginaire social (509-44 av. J.-C.), sous la direction de Jean-Pierre Guilhembet (Université Paris 7 – Denis Diderot/USPC) et d’Isabelle Cogitore (Université Grenoble Alpes).
Après un contrat doctoral, suivi d’un poste d’attaché temporaire d’enseignement et de recherche à Paris 7 (2017-2018), il enseigne depuis sept. 2018 comme ATER en histoire ancienne à l’Université d’Aix-Marseille, au sein du département d’histoire.

Divna Soleil nommée ATER en langue et littérature grecques à l’Université d’Aix-Marseille

Après avoir obtenu une maîtrise de lettres classiques à la Faculté de philosophie de Belgrade (Serbie), Divna Soleil a soutenu sa thèse d’études grecques et latines classiques à l’Université Paul Valéry à Montpellier. En 2014 elle a obtenu l’agrégation de lettres classiques et après quatre ans passés dans l’enseignement secondaire et supérieur en France, elle a rejoint l’Université d’Aix-Marseille (département des sciences de l’Antiquité) en 2018 en tant qu’attachée temporaire d’enseignement et de recherche.
Ses recherches portent sur les textes médicaux grecs hippocratiques, ainsi que sur ceux postérieurs à la Collection hippocratique, notamment sur le traité des Maladies aiguës et maladies chroniques d’Arétée de Cappadoce. Elle s’intéresse au développement sémantique du vocabulaire technique.

Marie Widmer Lauréate d’un contrat post-doctoral “Incoming” LabexMed 2018-2019

Le Collège post-doctoral de LabexMed a accueilli cette année, cinq nouveaux chercheurs sur son dispositif “Incoming”. Marie Widmer est l’une des lauréates, elle est accueillie au Centre Paul-Albert Février - TDMAM.
Historienne de l’antiquité grecque, spécialiste de l’époque hellénistique, elle a soutenu, en 2015, une thèse intitulée : La construction des identités politiques des reines séleucides, à l’Université de Lausanne, où elle a également enseigné. Elle a effectué en 2011, dans le cadre de son doctorat, un séjour de recherche à l’Université de Durham (Angleterre) en tant que boursière du Fonds national Suisse et de la Fondation Van Walsem. Elle s’intéresse à la représentation des pouvoirs à l’époque hellénistique et développe au sein du Centre Paul-Albert Février, un projet de recherche pluridisciplinaire qui porte sur la constitution, en Méditerranée, de la figure idéale du bon souverain au IIIe s. av. notre ère. Marie Widmer souhaite tester comment ce portrait est construit, au moment où les royautés se multiplient dans le bassin méditerranéen, et comment il participe à la cohésion du monde hellénistique. Pour réaliser ce projet elle entend comparer la documentation épigraphique avec la littérature.