Textes et documents de la Méditerranée antique et médiévale



Accueil > Actualités

Entretien avec Pauline Koetschet

Chargée de recherche au CNRS depuis janvier 2014, Pauline Koetschet est philosophe, spécialiste de textes grecs antiques et arabes médiévaux.
À partir du 1er septembre 2019, elle prendra la direction scientifique du département des Études arabes, médiévales et modernes de l’Institut français du Proche-Orient au Liban. Ses recherches sur les débuts de la philosophie arabe médiévale, et sur les interactions entre philosophie, médecine et théologie, l’ont conduite à réaliser l’édition et la traduction des Doutes sur Galien d’Abū Bakr al-Rāzī parues dernièrement aux éditions De Gruyter. Elle répond aujourd’hui à quelques questions concernant cet ouvrage, fruit de 5 années de recherche.




L’ouvrage
Ce livre présente une édition et une traduction française des Doutes sur Galien, traité polémique écrit par Abū Bakr al-Rāzī (m. 925). Ce dernier est l’un des médecins et des philosophes les plus originaux de la période médiévale, ainsi qu’un alchimiste. Ses Doutes se situent au carrefour de la métaphysique, de la philosophie naturelle et de la médecine. L’édition et la traduction sont précédées d’une introduction substantielle qui discute les développements philosophiques les plus importants du traité.
- Consultez des extraits de l’ouvrage sur le site de De Gruyter

ENTRETIEN

Pourriez-vous nous dire en quelques mots en quoi consiste le travail de traduction et d’édition de textes anciens ?

Éditer un texte ancien revient à proposer une reconstruction possible pour ce texte, sur la base d’un ou de plusieurs manuscrits. Pour y parvenir, l’éditeur doit porter un diagnostic sur le texte, c’est-à-dire identifier les passages qui ont été altérés et comment ces altérations sont arrivées là. S’il dispose de plusieurs manuscrits, il doit aussi comprendre le rapport que ceux-ci entretiennent entre eux. Il peut alors choisir la meilleure lecture, ou proposer une conjecture, c’est-à-dire une solution possible.


Qui était Abū Bakr al-Rāzī ? Comment ses textes ont-ils été transmis au fil des siècles et où sont-ils conservés ?

Abū Bakr al-Rāzī est un philosophe et médecin qui vécut sous l’empire abbasside, entre Rayy, sa ville natale, et Bagdad, capitale de l’empire. Il meurt en 925. Il fait partie des premiers philosophes à écrire en arabe. Très connu de son vivant comme médecin, il fut très vite décrié en tant que philosophe, en raison de ses vues hétérodoxes sur le monde. Par conséquent, son œuvre philosophique nous est parvenue majoritairement de manière fragmentaire.

Pourquoi éditer et traduire ce texte était-il essentiel d’après vous ?

Je ne suis pas la première à éditer les Doutes sur Galien, qui ont fait l’objet de deux éditions par le passé. Cependant, je pense avoir amélioré ces éditions. De plus, cette traduction est la première dans une langue européenne.
Les Doutes sur Galien constituent un texte essentiel à plusieurs égards. Tout d’abord, pour des raisons internes à l’œuvre d’al- Rāzī : il nous donne accès à de nombreuses thèses philosophiques que l’on connaissait uniquement à travers des fragments transmis par des adversaires de l’auteur. En second lieu, il nous permet de mieux comprendre comment naquit la philosophie arabe, et quels débats l’animèrent.

Que souhaitez-vous que ce travail apporte au monde académique, à la société contemporaine ?

Pour le monde académique, j’ai l’ambition que cette édition/traduction comble un manque. Avant cette publication, le texte était très difficile à comprendre et à utiliser. Espérons donc qu’il contribue aux travaux des spécialistes de philosophie, de théologie et de médecine arabes.
Pour la société contemporaine, il me semble que deux choses peuvent ressortir de ce texte. Tout d’abord, le rapport d’al-Rāzī au médecin grec Galien, mélange de connaissance approfondie et de critique, permet d’affirmer le caractère universel de la philosophie, qui n’est pas cantonnée à une zone géographique. Ensuite, le travail fondateur de l’esprit critique – le doute – laisse entrevoir un rapport à l’autorité qui déconstruit un ordre établi passé pour le reconstruire sur des bases actuelles : al-Rāzī a trouvé chez Galien, et dans la critique de celui-ci, l’occasion de réfléchir aux problèmes de son temps.