Centre Paul-Albert Février

CNRS
Université d'Aix-Marseille
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme


Rechercher


Centre Paul-Albert Février
MMSH
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0) 442 52 49 63

Accueil > Thèmes de recherches 2012-2017 > Construction & transmission des savoirs

Histoire et chroniques : Chronique universelle de Jean Malalas


Le groupe de travail réuni autour de ce programme, coordonné par Joëlle Beaucamp, mène des recherches depuis une dizaine d’années, sur la plus ancienne chronique universelle (presque) entièrement conservée en grec : la "Chronique" de Jean Malalas.

Elle a été rédigée sous le règne de Justinien (527-565 après J-C), d’abord à Antioche, puis à Constantinople. Si la tradition manuscrite du texte est complexe, la majeure partie en est conservée par un seul manuscrit, le Baroccianus gr. 182 de la bibliothèque Bodléienne d’Oxford, qui date de la fin du XIe ou du XIIe siècle.

Cette chronique comporte dix-huit livres qui récapitulent l’histoire depuis Adam jusqu’à l’annonciation (livres I-IX), puis de l’époque de l’incarnation du Christ et du règne de l’empereur Auguste jusqu’au règne de Justinien (livres X-XVIII).
 

Ce groupe de travail a pour objectif de traduire en français la Chronique universelle et de munir cette traduction papier de notes explicatives détaillées. Une publication électronique de ces notes très denses, est également envisagée.

Ce groupe réunit aux côtés de Joëlle Beaucamp, historienne : Anne-Marie Bernardi, Emmanuèle Caire, philologues (CPAF), Sandrine Agusta-Boularot, archéologue et historienne (université de Montpellier) et Bernadette Cabouret, historienne (université de Lyon III).

Le travail a porté jusqu’à présent (2012) sur les livres X à XII. Avec eux commence, la seconde partie de l’œuvre. Ces trois livres constituent une unité, non pas parce qu’ils correspondent à peu près à la période que nous appelons le Haut-Empire, mais parce qu’ils ont trait à l’avènement d’un Empire romain chrétien. Ils vont en effet, de l’incarnation du Christ et du règne d’Auguste jusqu’au prédécesseur de Constantin. Autrement dit du début de l’Empire – dont la coïncidence temporelle avec le début du christianisme est capitale dans l’idéologie byzantine depuis Eusèbe de Césarée – jusqu’à l’assimilation définitive entre Empire et chrétienté, avec la conversion au christianisme de Constantin.

- En savoir plus l’avancement de ce programme de recherche (2012)