Centre Paul-Albert Février

CNRS
Université d'Aix-Marseille
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme


Rechercher


Centre Paul-Albert Février
MMSH
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0) 442 52 49 63

Accueil > Réseaux et partenariats de recherche

Réseaux et partenariats de recherche

TOUR D’HORIZON DES PARTENARIATS EN COURS...

Le renforcement des partenariats locaux, nationaux et internationaux fait l’objet d’une grande attention. Le TDMAM maintient et développe, de plus, des partenariats avec des instituts ou laboratoires qui font partie de l’université d’Aix-Marseille.

À la MMSH, par exemple :

- "Pratique littéraire des architectures fictives", un programme, mené par Gaëlle Viard, qui se propose d’examiner la pratique littéraire des architectures fictives de l’Antiquité à la Renaissance. Le CPAF s’associe au Centre Camille Jullian et à l’Institut de recherche sur l’architecture antique (IRAA), pour mener à bien ces travaux.

- "Approches comparatistes des figures du pouvoir", un thème de recherche transversal du Centre Paul-Albert Février (Sylvain Brocquet) et du Centre d’études des mondes africains (CEMAF). Philologues, historiens et anthropologues s’associent pour s’interroger sur le schéma du pouvoir au sein de diverses cultures et époques (par exemple, dans la société africaine post-colonniale et dans la Grèce antique).

- "Historiens grecs de Rome" : le groupe pluridisciplinaire composé de philologues, d’historiens et d’archéologues, travaille sur les livres fragmentaires de Denys d’Halicarnasse. Coordonné par Emmanuèle Caire, cette thématique rassemble des chercheurs de l’IRAA) et des chercheurs du laboratoire -hors MMSH- Anthropologie et histoire des mondes Antique (ANHIMA).

- L’observatoire inter-labos sur les relations euro-méditerranéennes : Gilles Dorival fait partie du groupe de pilotage de ce réseau. « L’observatoire, qui se réunit trois fois par an, a pour objectif de maintenir une veille scientifique sur les relations euro-méditerranéennes actuelles, leurs crises et leurs acteurs. Il concerne des membres de plusieurs laboratoires de la MMSH et divers autres chercheurs et acteurs de notre environnement, qui acceptent de réfléchir ensemble sur le sens d’événements ou de processus qui se développent sous leurs yeux. »

- "Lieux de culte" (2009-2012) une enquête transversale des religions de la Méditerranée, antiques et modernes, menée au CPAF par Daniel Stökl Ben Ezra.

Les collaborations du CPAF avec d’autres équipes de recherche s’étendent bien sûr, au-delà des murs de la MMSH. Voici quelques autres exemples de partenariats de recherche :

- Dans le cadre de recherches conduites au CPAF sur l’Inde ancienne par Sylvain Brocquet, plusieurs collaborations sont en cours avec des unités de recherche CNRS : l’École française d’Extrême-Orient (EFEO) à Paris, le laboratoire Mondes indien et iranien à Ivry-sur-Seine, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, à Lyon. Sylvain Brocquet est également en relation étroite avec l’Institut français de Pondichéry (IFP), en Inde, avec lequel il travaille sur la vérification de lectures d’inscriptions in situ au Tamil Nadu et la mise en place de projets de recherche en épigraphie. Il est aussi intégré au programme d’Atlas historique de l’Inde du Sud, dirigé à l’IFP par le professeur Subbarayalu.

La coopération avec d’autres universités françaises et étrangères a été développée, notamment :
- Avec l’université Montpellier III, dans le cadre du projet sur l’Oneirocriticon d’Artémidore, dirigé par le Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales de Montpellier (CRISES).

- Avec le Centre d’histoire des sciences et des philosophies arabes et médiévales (CHSPAM-CNRS/ Paris I / Paris Diderot) et l’unité Savoirs, textes, langage (CNRS / Lille III / Lille I) pour le projet d’édition scientifique du Commentaire à la Métaphysique d’Alexandre d’Aphrodise (IIe-IIIe siècles ap. J.-C.), coordonné par Anne Balansard.

- Avec le Laboratoire d’études sur le monothéisme (LEM-CNRS) et The Academy of the Hebrew language notamment, dans le cadre du projet d’édition de la Mishna, piloté par Daniel Stökl Ben Ezra (chercheur au CPAF – TDMAM jusqu’à fin 2012). L’équipe internationale de recherche souhaite offrir aux lecteurs francophones un texte critique en hébreu, une traduction, un commentaire concis et un dictionnaire disponible sur Internet et sur papier, de la Mishna. Ce projet, qui représente plusieurs années de travail à venir, réunit des chercheurs français, américains et Israëliens et bénéficie donc de l’appui de l’Académie de la langue hébraïque (The Academy of the Hebrew Language, Israël), en particulier pour le travail lexicographique.

- Avec l’Heidelberger Akademie der Wissenschaften dans le cadre des travaux de l’équipe allemande qui réalise à Tübingen un programme d’envergure de traduction et de commentaire de la Chronique universelle de Jean Malalas. Joëlle Beaucamp, Emmanuèle Caire, Anne-Marie Bernardi qui mènent également des recherches sur l’auteur antiochéen sont proches des équipes allemandes.

- Avec les universités de : Regensburg (Allemagne), Sofia (Bulgarie), de Vienne (Autriche), de Leyde (Pays-Bas) ainsi que l’université ouverte d’Israël et l’université catholique de Louvain..., dans le cadre de la base de données THALES : Thesaurus Antiquorum Lectionariorum Ecclesiae Synagogaeque (www.lectionary.eu). Il s’agit d’un projet international de base de données sur les systèmes de la lecture biblique fixe dans la liturgie des différents courants juifs et chrétiens, anciens et médiévaux. Cette base de donnée dirigée par Daniel Stökl Ben Ezra fait partie des projets "TGE Adonis".

- Avec l’Association Francophone de Coptologie (AFC). Ouverte à tous ceux qui s’intéressent à l’Égypte chrétienne sous tous ses aspects — archéologique, linguistique, littéraire, artistique, religieux, historique —, elle s’est fixée divers objectifs afin de contribuer au développement des études coptes, en langue française. Leur but est de faire avancer la connaissance dans ce domaine et de produire des articles scientifiques. Tous les deux ans, l’AFC organise des Journées internationales d’études coptes ouvertes aux membres de l’association, qui se déroulent à chaque fois dans une ville différente. La présidente de l’association, Nathalie Bosson fait partie du CPAF – TDMAM.

- Avec l’Institut d’études et de culture juives, lieu de recherche et d’enseignement. De nombreuses collaborations scientifiques communes rassemblent l’IECJ et Le CPAF - TDMAM et plusieurs membres du laboratoire occupent des fonctions et missions au sein de cette institution : Jean-Marc Chouraqui, historien du judaïsme est l’actuel directeur de l’IECJ, il a succédé à Édouard Robberechts spécialiste de philosophie juive au TDMAM. 

- Avec l’université de Bar Ilan (BIU) en Israël, les relations des chercheurs qui travaillent sur le judaïsme au CPAF avec les équipes israéliennes qui étudient des thématiques proches sont constantes.

- Avec le Centre de recherche français à Jérusalem (CNRS /Ministère des affaires étrangères) et l’université hébraïque de Jérusalem, notamment à travers les travaux de Katell Berthelot, qui a été détachée au CRFJ durant 4 ans.

- Avec l’université de Bologne, dans le cadre des recherches menées notamment par Jean-Louis Charlet sur l’humanisme latin.

- Avec les universités d’Oxford (Martin Goodman), Ben Gurion du Neguev (Yair Furstenberg), l’Institut d’études classiques de Londres (Greg Woolf) et Université hébraïque de Jérusalem (Oded Irshai) dans le cadre du réseau scientifique "CURERE" (CUltural REsponses to the Roman Empire) piloté par Katell Berthelot (CNRS, AMU, CPAF – TDMAM).

- Avec les universités de Paris Ouest-Nanterre (Hervé Inglebert, Capucine Nemo-Pekelman, Soazic Kerneis), de Tübingen (Matthias Morgenstern), de Manchester (Peter Oakes), de Tel Aviv (Jonathan Price, Benjamin Isaac, Vered Noam, Ishay Rosen-Zvi), Utrecht (Leonard Rutgers), dans le cadre du GDRI JUDROME, piloté par Katell Berthelot.

- Avec l’université du Caire (Ashwa Deif, Imane Hamed), dans le cadre du projet Galien et la philosophie arabe, piloté par Pauline Koetschet (CNRS, AMU, CPAF-TDMAM).

- Avec l’université de Warwick et de Manchester dans le cadre des projets sur l’étude du « Galien arabe » et avec l’université du Michigan, qui compte un cluster portant sur les « Mediterranean studies ».

- Avec le laboratoire Sciences, philosophie, histoire (Cristina Cerami, Laurent Lavaud ) SPHERE, CNRS, Panthéon-Sorbonne), Lille 3 (Michel Crubellier, Claire Louguet), Lyon 3 (Gweltaz Guyomarc’h), Panthéon-Sorbonne (Annick jaulin), dans le cadre du projet financé par l’ANR Didaskalos, Alexandre d’Aphrodise et la métaphysique aristotélicienne, coordonné par Anne Balansard (AMU, CNRS, CPAF-TDMAM).

- Avec les Université de Freibourg (Allemagne) et de Munich (LMU, où Aude Cohen-Skalli a effectué un séjour postdoctoral) notamment, a été créé depuis 2013 un groupe recherches entre jeunes chercheurs : "Historiai. Antike Geschichtsschreibung und Vergangenheitsvorstellungen".

- Une collaboration accrue s’est développée avec le laboratoire madrilène Instituto de Lenguas y Culturas (CSIC), en particulier la byzantiniste Inmaculada Pérez Martín, avec laquelle Aude Cohen-Skalli a effectué une recherche sur la tradition du texte de Strabon.

Cette rubrique ne contient aucun article.