Accueil > Parutions

D’Homère à Érasme

La transmission des classiques grecs et latins


Leighton D. Reynolds, Nigel G. Wilson.
Nouvelle édition, mise à jour et augmentée par Aude Cohen-Skalli & Luigi-Alberto Sanchi, CNRS éditions, 18 novembre 2021.



Comment les textes grecs et latins ont-ils réussi à traverser le temps ? Si beaucoup ont disparu, c’est souvent par miracle que les grandes œuvres des Anciens ont échappé à la destruction, aux menaces des invasions, aux incendies des bibliothèques, en Orient comme en Occident.

L’ouvrage explique les conditions de la survie des textes classiques et la façon dont, dans l’Antiquité, au Moyen Âge et à la Renaissance, les érudits les ont lus, sélectionnés, commentés et copiés. Reflet des grandes étapes de la civilisation européenne, cette transmission engage une histoire de l’éducation ainsi qu’une histoire des pratiques savantes.

Au XVe siècle, une invention capitale change la donne : l’imprimerie facilite la diffusion des textes et a bientôt un effet profond sur le progrès et les usages de la philologie.

Apparaît alors dans les pays occidentaux une res publica litterarum qui s’attache à
élaborer des méthodes pour éditer ces œuvres, fondées sur la connaissance de la tradition : ces techniques font l’objet du dernier chapitre du livre.

Paru pour la première fois en 1968, Scribes and Scholars est vite devenu un classique, traduit en sept langues. Sa quatrième édition anglaise, parue en 2013, est proposée ici au public francophone dans une version revue, mise à jour et augmentée par Luigi-Alberto Sanchi et Aude Cohen-Skalli.

[Crédit texte : CNRS éditions]


 Leighton D. Reynolds († 1999) et Nigel G. Wilson étaient tous deux tutors et fellows à Oxford quand parut pour la première fois cet ouvrage. Le premier édita de nombreux auteurs latins (Sénèque, Salluste, Cicéron) et dirigea le fondamental Text and Transmission. A Survey of the Latin Classics (1983) ; le second est l’éditeur de nombreux textes grecs (Aristophane, Hérodote, ou le palimpseste d’Archimède), ainsi que l’auteur de Scholars of Byzantium et From Byzantium to Italy. Greek studies in the Italian Renaissance (1992).


 Aude Cohen-Skalli est chargée de recherche au CNRS, rattachée au laboratoire TDMAM (Aix-Marseille Université, CNRS). Helléniste, spécialiste d’historiographie et d’histoire des textes, elle étudie en particulier l’histoire universelle en Grèce et à Rome et s’occupe d’éditer plusieurs historiens et géographes fragmentaires.
 Voir sa page personnelle sur le site du laboratoire

 Luigi-Alberto Sanchi est directeur de recherche au CNRS, rattaché à l’Institut d’histoire du droit (CNRS, Université Paris II - Panthéon-Assas).