Centre Paul-Albert Février

CNRS
Université d'Aix-Marseille
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme


Rechercher


Centre Paul-Albert Février
MMSH
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0) 442 52 49 63

Accueil > Réseaux et partenariats de recherche > Institut d’études et de culture juives

Institut d’études et de culture juives

Le Centre Paul-Albert Février entretien des liens privilégiés avec l’Institut d’études et de culture juives, lieu de recherche et d’enseignement. De nombreuses collaborations scientifiques communes les rassemblent et plusieurs membres du laboratoire occupent des fonctions et missions au sein de cette institution : Jean-Marc Chouraqui, historien du judaïsme est l’actuel directeur de l’IECJ, il a succédé à Édouard Robberechts spécialiste de philosophie juive au CPAF.
Pierluigi Lanfranchi, arrivé au CPAF en septembre 2011, spécialiste du judaïsme hellénistique, fait également partie de l’équipe de l’IECJ.

Présentation de l’IECJ par son directeur Jean-Marc Chouraqui

Jean-Marc Chouraqui est professeur d’histoire du judaïsme à l’université d’Aix-Marseille et chercheur au Centre Paul-Albert Février (CNRS/AMU)


Contact : Anne Odoyer (communication) :
IECJ - Impasse des écoliers - 13090 Aix-en-Provence
Tel : 04 42 26 35 88 / anne.odoyer at univ-amu.fr

L’IEJC est un établissement universitaire relevant de l’Éducation nationale et fondé par toutes les universités de la Région en 1986.
Il a une vocation pédagogique, scientifique mais aussi plus largement culturelle qui l’ouvre sur la cité et le grand public.

D’où des enseignements pris en options dans les cursus de licence et master des universités fondatrices, des séminaires et activités de recherche, et des séminaires ou des conférences grand public qui font intervenir des personnalités de renom régional, national et international : ainsi l’IECJ a-t-il reçu Armand Abécassis, Elie Barnavi, Jean-Bottero, Jean-Denis Bredin,Jacques Derrida, Alain Dieckhoff, l’économiste Elie Cohen, les Pères Jean Dujardin et Bernard Dupuy, Mireille Hadas-Lebel, André Kaspi, Serge Klarsfeld, Annie Kriegel, René Rémond, Paul Ricoeur, Dominique Schnapper, Pr et Grand Rabbin R.S Sirat, Ady Steg, Shmuel Trigano, Annette Wieviorka..., et tant d’autres.

Avec plus de 220 étudiants inscrits dans les différents cursus, l’IECJ figure parmi les tous premiers établissements universitaires en France en études juives.

Son partenaire scientifique d’excellence est la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme au sein de laquelle l’IECJ a proposé un programme sur "La Bible entre science et sens" dont le premier volet a trait aux :"relectures modernes des textes de la tradition juive".

L’Institut dans ses activités d’enseignement et de recherche couvre l’essentiel de la civilisation juive :

- la langue, fondement de ses textes (en premier lieu l’hébreu, mais aussi le judéo-espagnol) ;
- l’histoire, (tri -millénaire) interne au judaïsme mais aussi en interférence féconde ou conflictuelle avec le monde extérieur (aussi bien au niveau national français que régional par exemple avec les Juifs en Provence) ;
- la philosophie qui pense dans des catégories grecques le génie hébraïque avec hier Maïmonide ou Mendelssohn, et à notre époque Emmanuel Levinas, les textes fondateurs de la pensée juive (Bible, Talmud, Midrach, Kabbale) ;
- le droit hébraïque qui ressortit d’une pensée dialectique très complexe dans le prolongement du Talmud, et qui a une visée éthique ;
- le rapport au politique depuis la Bible où émerge (dans un certain sens) ce qu’un Montesquieu appellera "la séparation des pouvoirs", jusqu’à Israel contemporain.

L’IECJ se veut une institution ouverte sur tous et tout : dans le mot "universitaire" n’entend on pas universel ?

Ainsi l’Institut est partie prenante de la Cité dans ses composantes comme dans ses débats (question de l’homosexualité, de l’actualité des rites d’antiquité comme la circoncision ou liés à la nourriture,...).

Il met l’accent sur l’interculturalité et notamment avec les deux autres monothéismes qui se revendiquent de lui. D’où des approches comparatives souvent troublantes qui révèlent, parfois jusqu’au mot près, des similitudes.

Dans cette perspective, des chercheurs de l’IECJ se sont investis dans un projet initié par le rectorat afin de présenter, aux côtés de chercheurs spécialistes des autres monothéismes, les textes fondateurs du judaïsme à des enseignants du secondaire.

Le projet étant qu’un manuel soit édité à l’intention des lycéens.

Plus d’infos