Centre Paul-Albert Février

CNRS
Université d'Aix-Marseille
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme


Rechercher


Centre Paul-Albert Février
MMSH
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0) 442 52 49 63

Accueil > Contrats de recherche (ANR, ERC, LabexMed) > LabexMed - Bourse Aprimed / MédiSophia (2015-2017)

Galien et la philosophie arabe

Présentation du projet

Coordination du projet : Pauline Koetschet
Chargée de recherche CNRS au Centre Paul-Albert Février

Ce projet avait pour objectif l’édition et la traduction de trois textes arabes médiévaux : les Doutes sur Galien d’Abū Bakr al-Rāzī (édition, traduction et introduction par Pauline Koetschet, sous presse chez De Gruyter) ; la Solution aux Doutes sur Galien de Abū al-ʿAlāʾ ibn Zuhr (à paraître) ; l’Abrégé du traité Sur la méthode de traitement de Galien composé par Abū Bakr al-Rāzī (étude exploratoire). Il a démarré en janvier 2015 et s’est achevé courant 2017.

L’équipe souhaite montrer, à travers l’analyse de ces trois textes, comment médecine et philosophie interagirent à l’époque islamique médiévale.

L’équipe coordonnée par Pauline Koetschet est constituée également de 3 chercheuses et universitaires syrienne et égyptiennes.
- Iktimal Rajab, chercheuse indépendante, Syrie.
- Nashwa Deif, maître de conférences, Université du Caire, Égypte.
- Imane Hamed, maître de conférences, Université du Caire, Égypte.

En savoir plus...

Le cœur de ce projet était occupé par la réception critique de Galien chez le philosophe et médecin arabe Abū Bakr al-Rāzī (m. 925). Il a adopté une démarche novatrice et transdisciplinaire, en étudiant comment la référence à Galien servit à Abū Bakr al-Rāzī et à ses détracteurs pour se situer dans des débats qui leur étaient contemporains et réévaluer la place de la médecine parmi les sciences. Ce projet s’est concentré sur un genre scientifique qui a contribué à structurer les sciences arabes mais qui est encore peu exploité, celui des "doutes" et des "solutions" à ces doutes.
Cette recherche a permis d’éclairer d’un jour nouveau les débuts de la philosophie arabe médiévale, et de retrouver le fil directeur qui relie entre eux les écrits philosophiques et médicaux de l’œuvre d’Abū Bakr al-Rāzī.
L’édition des Doutes sur Galien a montré qu’à travers la critique puis la défense de Galien par les détracteurs d’Abū Bakr al-Rāzī se joue un pan du vaste débat entre le platonisme et l’aristotélisme qui anima les débuts de la philosophie arabe médiévale, ainsi qu’une réflexion sur la place de la médecine parmi les sciences et en particulier le rapport de la médecine à la philosophie naturelle, mais aussi à la théologie.